La protection de l'environnement, objectif d'une politique pour l'homme

Publié le par comité Taubira 2007

Nelly, Chargée des relations avec Hubert Reeves, nous a invité à visiter les sites :
Cette invitation, en forme d'interpellation sur une question fondamentale pour notre avenir commun et nos responsabilité vis-à-vis des générations futures. C'est donc l'occasion d'aborder la question de la protection de l'environnement. Les radicaux sont depuis plus d'un siècle conscients de la solidarité qui lie les génération les unes aux autres, c'est pourquoi ils sont particulièrement sensible à la question de la protection de notre cadre de vie. Nous vous proposons donc un petit retour sur les propositions qui étaient contenues dans le programme de Christiane pour les élections de 2002, avec quelques petites modifications de forme pour en actualiser le propos.

 La protection de l'environnement ne doit pas être conçue comme une démarche de vénération pour des milieux naturels qui devraient être immuables ou figés, mais bien comme un aspect particulièrement important de la démarche humaniste. La destruction aveugle des ressources et des beautés de la nature est très généralement le fruit de comportements économiques insuffisamment maîtrisés, nocifs pour l'environnement mais, plus fondamentalement pour l'homme lui-même. Protéger l'environnement, cela veut dire assujettir le marché aux objectifs d'une politique humaniste.

 La qualité de l'environnement passe notamment par une redéfinition des priorités en termes d'infrastructures industrielles et d'aménagement du territoire. Le drame AZF de Toulouse a permis de mesurer l'ampleur des mesures à prendre pour réduire au maximum les risques industriels, en particulier concernant les site SEVESO. Le cahier des charges de toutes les industries risquées et polluantes doit être revu à la lumière de ces récents évènements.

 

 

   La conscience des risques inhérents à chaque technologie ne doit pas pour autant conduire à renoncer aux avancées du génie humain. Une poursuite raisonnée du programme nucléaire civil, qui assure à notre pays son indépendance énergétique et limite l'émission de gaz à effet de serre, peut être défendue dès lors qu'elle s?accompagne d'une vigilance accrue quant à la sécurité des installations et des populations. Les centrales doivent faire l'objet d'un renforcement de leurs protections passives. De façon générale, l'objectif de protection des populations contre le risque nucléaire, civil mais aussi militaire ou terroriste, doit être pris beaucoup plus au sérieux qu'il ne l'est.

 

  Le développement de toutes les énergies renouvelables, particulièrement l'éolien, le solaire et l'hydroélectricité, doit être vivement encouragé.

 

  Le recours à l'électricité dans le domaine du transport doit être favorisé, dès lors qu'il permet de satisfaire les besoins de transport collectif ou individuel, qu'il serait régressif de méconnaître, tout en contribuant à réduire dans les zones urbaines les nombreuses pathologies liées à la pollution automobile. Le ferroutage, le recours à la navigation fluviale, sont, eu égard aux conséquences dramatiques de la sur-utilisation des infrastructures routières pour le transport des marchandises, d?indiscutables impératifs.

 

  L'approvisionnement suffisant en eau de qualité, la lutte contre les nuisances sonores, justifient de fortes initiatives publiques, y compris, pour le premier objectif, à l'échelle de l'Europe toute entière.

 

  En ce qui concerne les moyens des politiques de protection de l'environnement, y compris à l'échelle de la planète toute entière, il convient de retenir une approche pragmatique de complémentarité. La réglementation, le recours à un marché international des créances environnementales, sont des instruments utiles, au même titre que la fiscalité, dont l'objectif premier, qui est de financer les charges publiques, ne doit pas être perdu de vue. Au recours doctrinal à la taxe écologique, on préfèrera donc, ainsi que le suggère la Commission européenne, l'extension aux différentes formes d'énergie du système harmonisé de taxation déjà prévu pour les huiles minérales.

Publié dans libre opinion

Commenter cet article

d bidault 25/11/2007 23:45

 
Bonjour,
Je suis cadre sur un site Sévéso 2, en charge du bureau d\\\' étude. L\\\'environnement est un constant soucis pour nous, mais depuis 3 ans la pression se fait de plus en plus forte. Injonctions, mise en demeures, sequestre, peine de prison avec sursis, amendes ...
Voilà ce qui attend les candidats à la direction du site. On veut appliquer la règle du pollueur payeur à l\\\'échelle industrielle, alors
que dans le même temps les clients veulent des produits pas chères
et se fiche bien de savoir dans quelle condition c\\\'est produit.
Le VRAI risque c\\\'est qu\\\'un jour, le PDG décide d\\\'arrêter l\\\'activité
en France et de continuer ailleurs. Et tout le monde sait que la fabrication des produits chimiques qui se fait dans un pays du
tiers monde se déroule dans des conditions souvent déplorable.
Alors pour sauver la planête Il faut avoir une vision un peu plus global.